Self-Hosting : qu’est-ce que c’est ?

Petit billet pour évoquer une section que j’évoquerais sur le blog : le self-hosting. « Le quoi ? » « Encore une nouvelle technique de combat ? »

Alors le self-hosting en fait c’est l’auto-hébergement (comment ça je vous avance pas beaucoup là). Non je déconne on va pas s’en tenir à la traduction, c’est trop réducteur et le terme est juste moche.

Self-Hosting

Self-Hosting VS Cloud

Pour cerner au mieux ce qu’est le self-hosting, le mieux est d’évoquer le cloud, puisque c’est un peu son opposé.

Vous connaissez Facebook, Gmail, Skype et tous les autres services de ce genre oui ? Voilà vous connaissez, vous consommez et sans limite bien souvent. Savez vous où ils se trouvent ? Non, on a une vague idée « quelque part », « dans le Cloud ». Ah voilà, le cloud. La belle expression pour dire « on s’en tappe et ca nous arrange car on gère pas ». C’est vrai ca a des avantages, mais on perd la maitrise.

 

(mode barbu) Ah oui et y a pas que la maîtrise qu’on perd mais aussi notre vie privée.

 richard-stallman

Si c’est gratuit, le produit c’est vous.

Donc voilà le cloud c’est ce qui n’est pas chez nous et que quelquepart on veut un peu oublier. Mais du coup Internet qui était un grand réseau d’interconnexions de type neuronal on pourrait dire, tend à devenir un système fournisseurs centralisés avec des liens de type utilisateur dépendant.

Neural-Network

On le voit avec Gmail qui part d’un serveur mail et perd les accès aux protocoles sous jacent (smtp, imap) pour petit à petit imposer des « normes » à lui et non interopérables dans le sens où les autres services de messagerie ne les proposent pas.

Le self-hosting, consiste à ramener chez soit les services qu’on utilise.

Donc un truc de geek

Oui et non. Plus un truc militant et terre-à-terre avant tout.

Avant tout héberger certains services ca veut dire ne pas être dépendant de sa connexion internet. Ou tout simplement ne pas l’utiliser pour des choses du quotidien.

Exemple : pourquoi stocker vos fichiers vidéos sur Dropbox alors que 90% de leurs utilisations se font depuis le domicile. Donc dans tous ces cas vous allez utiliser la bande passante de votre connexion « pour rien ». Pire, coupure ADSL/Fibre et paf plus de vidéos.

Miliant, car abandonner sa vie privée et ses données à des sociétés tierces ca peut ne pas plaire rien que « pour le principe ». Oui on a rien à cacher, mais je vous donnerais des liens sur des conférences de la Quadrature du Net qui explique ca très bien que c’est pas vrai.

Ah en fait c’est un truc de militants intégristes

Self-Hosting

Pas forcément, y en a mais c’est pas une obligation (roh, et là encore ils sont barbus, complot !!!)

Le plus important est de savoir, d’être informé et donc de pouvoir choisir en connaissance de cause. Et là à chacun de faire en fonction des limites qu’il souhaite se fixer et de ce qu’il peut gérer.

Parceque oui, suivant ce que vous voulez héberger, ca peut être plus ou moins complexe et donc nécessiter quelques attentions ou compétences.

« Raaaaahhh je savais un truc de geeks on l’avait bien dit »

Alors oui il peut falloir un peu de compétences. Mais de là à dire geek, c’est considérer que celui qui fait sa vidange est un mécano, voir même déjà celui qui change une ampoule est un chef d’atelier.

Mais on héberge quoi alors et comment ?

Et bien dans le principe tout ce que vous faites avec Internet, vous pouvez l’héberger chez vous. Pas de limites.

Maintenant y a des moyens de leur faire facilement, par exemple avec Yunohost. Yunohost vous propose une interface graphique avec gestion des utilisateurs centralisées, déploiement de nouvelles fonctionnalités et le tout sans « mettre les mains dans le camboui ». C’est top. Je l’ai utilisé, plus actuellement mais je pense y revenir assez rapidement (les enfants grandissant, la gestion d’utilisateurs va devenir assez intéressante)

Après si c’est juste pour stocker vos films, photos, vidéos par exemple un nextcloud suffira. Ou en ajoutant un NFS pour le partage avec Kodi. C’est là qu’on tombera dans le « un peu geek » en l’ajoutant à la main.

Pour le comment et bien sur un Pi par exemple, mais bon, fiabilité toussa bof. N’oublions pas que les services dans le cloud l’air de rien, eux ils mettent des bêtes de courses en puissance de feu pour desservir les millions d’utilisateurs. Donc datacenter avec redondance de partout : disques, serveurs, réseau, courant, sites géographiques.

Tout ca, on peut pas l’avoir à la maison à moins de claquer une fortune (et oui tout ca ca coute de l’argent, c’est pour ca qu’ils vendent vos données) Donc là aussi il faut faire un choix : budget/fonctionnalités -> compromis acceptable ?

Et toi tu fais quoi ?

Voilà c’est pour ca que je met en place cette section, pour dire ca existe mais surtout évoquer ce que je fait moi perso en self-hosting. Et pour chaque application pourquoi j’ai choisir de l’héberger ou non.

Mais aussi des inconvénients que peut présenter cette solution et comment éviter les problèmes de maintenance. Sans oublier qu’on a donc les risques de panne comme j’ai eu dernièrement, donc se prémunir c’est un coût supplémentaire mais nécessaire.

Pour finir brièvement ce qui sera abordé dans les prochains articles de la section :

Et sur quoi ? Avant c’était un boitier Chenbro avec emplacements disques rackable. Maintenant c’est un NUC avec boitier exeterne USB3 pour deux disques en RAID1 toujours. Et bientot logiquement un deuxième équivalent NUC pour faire le backup de ce serveur, parcequ’en cas de défaillance et bien ca fait mal. Les déboires du self-hosting.

Et oui le self-hosting c’est lié à la domotique, Jeedom est la première solution que vous hébergez à la maison par exemple 🙂

4 réflexions au sujet de “Self-Hosting : qu’est-ce que c’est ?

  1. Tu l’as bien vendu 😉 LOL
    j’ai déjà hâte d’avoir à lire le premier article 😉
    Bon courage et merci

  2. Idem j’attends avec impatience tes articles 🙂
    Ca fait un moment que j’entends parler de self-hosting et l’idée ne me déplait pas ayant déjà un serveur linux chez moi il ne reste qu’un pas à faire !

Laisser un commentaire